Les chroniques du jardin, part 10

En ces temps de canicule, je vous propose des clichés du jardin pris il y a moins d’une semaine pour les plus anciens, et hier matin, à la fraîche, pour les plus récents.

Sous les fenêtres de la cuisine, un ilot de fraicheur :

« New Dawn », je ne m’en lasse pas :

L’entrée, avec en prime, Fifi, qui me suit partout comme un petit chien 😛  :

A droite, « Léonard de Vinci » :

 

A côté de Léonard, une bouture très développée de « Red Dorothy Perkins » :

Voici une autre bouture de la même dame, au dessus de la serre :

A gauche de l’entrée, dame « Ghislaine de Féligonde » vieillissante, à côté des céanothes toujours en fleurs :

Flashy :

La clématite « Diana » :

et « Princess Kate », côte à côte :

Dans le sous bois, une longue pergola toujours à l’ombre en été, mais bien achalandée :

Une bouture d’ « American Pillar » :

Une clématite bien jolie dont je ne me rappelle plus le nom 😐  :

Toujours sur cette pergola, « Mermaid » :

Et au bout, une « Ghislaine de Féligonde » :

Je la trouve pimpante (elle ne voit jamais le soleil pourtant) :

Un fouillis :

Il y a là de gauche à droite, des roses roses « Social Butterfly », un géranium bleu « Azur Rush », un trio de dahlias « Bluesette » (roses bien sûr!! une erreur?), les roses blanches de « Aquarelle », le tout sous les roses fânées de « Sally Holmes » qui viennent saluer ce massif fouillis :

Une arche, qui mène au sous bois :

Avec les roses de « Louise Dupin » si lourdes que les branches sont tombées :

accompagnées de « Black Prince » :

De l’autre côté de l’arche, « Jean Marie Pelt » et une clématite Jackmanii :

Un autre fouillis, les fleurs bleues du géranium « Rozanne », envahissent la lavande « Miss Katherine » (avec un nom pareil, je ne pouvais que la planter 😉 )  :

Au bout du jardin, les roses de « Paul Himalayan Musk » grimpent fermement très haut dans le robinier faux acacia (hélas il ne me semble pas très fourni..il ne voit jamais le soleil en été) :

Et pour conclure sur une note joyeuse, tous les soirs, un petit hérisson vient chaparder les croquettes des chats sauvages, qui ne s’en approchent pas trop 😛 .

Il s’agit certainement du frère ou de la soeur de celui que j’ai emmené à Volée de Piafs, mais celui ci est très vif !

Dès que j’ai allumé la lumière, il s’est roulé en boule 🙂  :

Un soir il était accompagné d’une grosse dondon (la mère?).

Il est trop chou :

En tout cas il court comme un lapin 😉 , (sa vitesse est impressionnante) et ce soir là, il s’est réfugié sous le meuble :

Voilà les dernières news du jardin.
Ici il a fait 34,6°C, sur la commune (site infoclimat.fr), mais chez nous, plus près de la mer, un peu plus de 30°C (c’est déjà chauuud) 😮 .

Et chez vous ?

Bonne journée, soyez prudents avec cette canicule.

 

 

Les Kew Gardens à Londres, dernière partie

Troisième volet de cette journée de dimanche de Pentecôte passée dans les Kew Gardens.
Un peu moins « spectaculaire » que les deux précédents chapitres.

 

Devant Palm House, se trouve un jardin de roses (Rose Garden sur le plan).
J’ai lu que c’était David Austin qui l’avait imaginé et planté. Si je me trompe, dites le moi.
Il est vrai que nombre de ses créations se retrouvent dans ces massifs.

Roses « Hansa » :

Roses « Lady of Shalott » :

Roses « Kew Gardens », baptisé lors du 250 ème anniversaire des jardins :

(ce beau rosier rejoindra le jardin cet automne, foi de lorraine bretonne ! 😉 )

Roses « Tuscany Superb » :

Roses « Queen of Sweden » :

Dans le parc, outre les sculptures en verre, on retrouve des statues beaucoup moins contemporaines. J’avoue que je les préfère aux décos de verre 😉 (je vous ai épargné les nombreuses photos, où elles figurent 😛 ).

En voici une, « Queen’s Beasts », il en existe dix, qui portent des écus, marquant l’ascendance de la reine Elisabeth :

Les bernaches du Canada près de l’étang bordant Palm House :

Au fond, Palm House (The Pond sur le plan) :

La fin de la journée arrivant, nous n’avons pas pu visiter cette extraordinaire serre (dit-on), Princess of Wales Conservatory (n°18). Mais je l’ai notée pour la prochaine visite !

Elle présente, en 10 secteurs, des plantes de climats différents.

Devant l’entrée, c’est plutôt un climat aride :

Une petite serre présente quelques bonsaïs, mais sans intérêt notable.

J’apprécie quand même les sujets, Trident Maple (érable) :

Japonese larch (mélèze) :

A l’extérieur, une « déco » à retenir :

Les Kew Gardens sont un centre de recherche et accueillent des étudiants, qui ont créé et entretenu  chacun un jardin potager.
J’ai trouvé qu’ils avaient de l’imagination et des doigts bien verts 😉 !

Devant les bâtiments administratifs, une statue du semeur, près de la serre Princess of Wales Conservatory :

Secluded Garden, un enclos bordé par des arbustes bien taillés, et une fontaine comtemporaine :

Fontaine de Daniel Harvey, Seven Slates Towers, 1995 :

Maindebnhair tree (gingko biloba), premier gingko planté en 1762 en Angleterre (un très bel arbre, je les aime 🙂 ):

Tout à côté, une glycine incroyable (dommage, plus en fleurs en juin) :

Un peu plus loin, The Hive (la ruche), une « sculpture  » un peu étrange dans ces jardins :

The botanical :

Japonese pagoda tree, planté aux alentours de 1760 :

Il a été fortement étayé pour ne pas s’écrouler 😉 :

Un dernier Kew Old’s Lion (comme sont nommés les vieux arbres du parc), « Weeping Beech », fagus sylvatica pendula (hêtre) :

Voilà la fin du récit de notre journée aux Kew Gardens, mais nous n’en avons pas fait entièrement le tour, ni visité le cottage, le palais, toutes les serres et une grande partie du parc.
J’ai bien aimé cette promenade, je dirais, dans ce parc, plutôt que dans ce jardin (aux mille facettes).

Il faudra que nous terminions cette visite, n’est ce pas, mon chéri ?

Bonne fin de semaine à tous, au jardin et au soleil, of course !!

 

Les Kew Gardens à Londres, part 2

Aujourd’hui, deuxième volet en photos de notre promenade dans les chouettes jardins de Kew.

Cedar vista, une allée qui serpente entre les magnifiques conifères du parc :

Waterlily Pond, la mare aux nénuphars. Il y avait une petite famille de canards qui s’amusait bien entre les gigantesques feuilles :

J’adore les gunnéras pour leur stature et leur beauté et celui ci est superbe :

Une agréable rencontre avec les bernaches du Canada, qui broutent l’herbe (pas besoin de tondeuse bruyante et malodorante 😉 ) :

Elles prennent grand soin de leurs petits et gare à ceux qui s’approchent de trop près !

Nous avons fait le tour du petit lac et une averse soudaine a troublé les eaux tranquilles (pas trop visibles sur la photo 😆 ) :

Une famille de cygnes qui se laisse attirer par les bouts de pain deS promeneurs (ce n’est pas autorisé 😕 ) :

Les petits cygneaux ne sont ils pas jolis et craquants ? on dirait des peluches 😉 .

English oak, quercus robur :

Une quiétude appréciée :

Un arbre de toute beauté, le styrax japonica, « Japonese Snowbell » (les petites fleurs blanches en clochettes) :

King William’s Temple, avec encore des décorations en verre :

Le Treetop Walkway, une passerelle longue de 200 mètres et haute de 18, permet de parcourir la canopée, d’admirer le sommet des arbres et de découvrir une vue différente sur les jardins à travers les arbres :

 

La houppe d’un châtaignier :

Lucombe oak, quercus x hispanica « lucombeana » :

Nous arrivons à la seconde serre visitée ce jour là, Palm House.

Construite en fer forgé en 1844 par Richard Turner, elle regroupe les plantes tropicales ramenées d’Afrique, d’Australie et d’Amérique par les explorateurs du 19ème siècle.

Cette serre est beaucoup plus « authentique », et nous a beaucoup plu.

Comme dans la première serre, on peut admirer les plantes de haut, grâce à la galerie en hauteur.

La verrière est absolument superbe.

Coffea stenophylla (caféier) :

Encore une jolie serre, tout à côté de Palm House, celle des nénuphars, Waterlily House :

Les « fleurs » blanches sont en verre :

Un gros inconvénient à ce parc, mais bien sûr, qui n’en est pas responsable, c’est l’horrible ballet des avions atterrissant à Heathrow, tout près, avions qui se succèdent toutes les 2 à 3 minutes en faisant un bruit d’enfer (80 décibels sur mon téléphone). Ca gâche un peu son plaisir 🙁

Demain, je terminerai cette balade en photos des Kew Gardens, j’espère ne pas vous avoir perdus en chemin 😉

Bon vendredi !

 

Les Kew Gardens à Londres, part 1

Il y a quelques jours, nous avons parcouru une partie des Kew Gardens, à Londres, pendant notre séjour dans cette superbe et immense ville cosmopolite.

Dommage, ce dimanche de Pentecôte, le temps était plutôt au gris et les photos ne sont pas de qualité extra …

Kew Gardens, autrement dits les jardins botaniques royaux de Kew.

Les jardins se trouvent au sud-ouest de Londres :

Voici un plan des jardins. Dans ce billet, nous nous sommes promenés dans la partie gauche, càd le sud :

Il s’agit d’un ensemble de jardins, d’une surface d’environ 120 hectares aujourd’hui, situés à l’ouest de Londres (et hélas, à peu de distance des pistes d’atterrissage d’Heathrow, un des aéroports les plus fréquentés au monde..)

L’entrée se trouve à Victoria Gate. Nous prenons le chemin sur la gauche, vers le sud et le jardin japonais.

Dès l’entrée, on remarque une immense sculpture en verre. Il y en a partout dans le parc :

Un tilleul :

Dans le pavillon de Marianne North (n°6 du plan) on admire plus de 800 peintures de cette femme originale, qui parcourut seule le monde à la fin du 19 ème siècle. Pendant seize années, elle a peint des paysages et des espèces botaniques remarquables :

Ruined Arch (n°7) :

Les premiers jardins ont été créés dans la seconde partie du 19ème siècle à l’époque victorienne autour d’une demeure royale.

Ils sont devenus « jardins botaniques nationaux » en 1840. On y trouve l’une des plus importantes collections de plantes du monde (plus de 30 000 espèces). Kew Gardens  est un centre de recherche en botanique réputé.

L’herbarium des Kew Gardens renferme plus de sept millions de plantes. La bibliothèque possède 750 000 ouvrages.

Red Oak, quercus nigra :

La pagode (n°13) :

Elle  a été édifiée en 1762, en hommage à la Chine, haute de 50 mètres, elle présente 90 têtes de dragons :

Le jardin japonais (n°12) :

Chokushi-Mon, la porte japonaise:

Les Kew Gardens accueillent chaque année deux millions de visiteurs. Ils sont les jardins les plus visités en Angleterre et sont classés au Patrimoine mondial de l’UNESCO. Je ne relate que notre promenade; pour tout visiter, il faudrait plusieurs jours. Vous ne trouverez donc dans mon récit qu’une partie des Kews Gardens.

Symbole des jardins, Temperate House, la serre la plus vaste au monde, qui date de 1848, a rouvert le 5 mai 2018 après une rénovation de fond en comble (vue depuis le treetop walkway) :

Une autre vue depuis Treetop Walkway (je vous en parlerai dans un prochain billet) avec Londres dans le fond :

Ces jardins sont très fréquentés par les Londoniens en fin de semaine, on est autorisé à parcourir les pelouses, à y pique niquer, rien n’est interdit .. quel plaisir ! Un paradis pour les amateurs de botanique, de jardinage, petits et grands.

C’est une serre dédiée aux plantes de climat sub-tropical humide et méditéranéen.

Elle est magnifiquement rénovée, mais les plantations paraissent bien jeunes et « proprettes ». J’ai préféré une autre serre que je vous présenterai plus tard.

Des décorations en verre également dans la serre (pour meubler?) :

Une passerelle parcourt les plantes à une dizaine de mètres de haut, et l’on a une vue plongeante sur les plantes :

Les plantes sont en excellente santé :

Toujours ces décos un peu surréalistes :

La jolie fleur du strelitzia reginae :

Citrus reticulata « Okitsu » :

Voilà pour une première partie.
Pour relater cette visite, il y aura 2 autres billets à suivre. Si vous ne les lisez pas tous, je comprendrai ! 😉 Beaucoup de photos ..  mais qui resteront pour nous un excellent souvenir.

Bon jeudi 🙂

 

Les chroniques du jardin, part 9

J’ai retrouvé le jardin après quelques jours passés outre Manche (d’ailleurs je vous concocte le récit d’une balade dans un parc très connu).
Dans l’entrée du jardin,  les roses de « Léonard de Vinci » vous accueillent (rosier issu d’une branche), et, plus loin, les petites roses des « Grootendorst » :

La pivoine « Noémie Demay » :

Ici, en Bretagne, les pluies ont été abondantes, accompagnées de vent violent  (oui, chez vous aussi 😥 ).

Un rosier, planté il y a 18 mois, nommé « Cyclamen Pierre de Ronsard », mêmes fleurs que le dit Pierre, mais dans des coloris beaucoup plus chatoyants :

Le rosier pousse lentement, mais devrait grimper à 2 ou 3 mètres.

Sur la même pergola, le rosier « Palais Royal » peine un peu à grimper, mais produit de nombreuses fleurs :

La joie de revoir le jardin a été ternie par la découverte de roses flasques, imbibées d’eau, ballantes, donc très moches. Heureusement, il reste quelques roses indemnes, ainsi que de jolies scènes.

Le tout petit géranium « Splendens » :

Les pois de senteurs commencent à fleurir, ici, il s’agit de « Hiscent », le bien nommé, hummmm, sur la barrière du potager (Sarah Raven) :

Les cyclanthères d’Annick, ont déjà produit des petits fruits, que je me suis empressée de manger. Le goût ressemble à ceux des petits concombres.

Un autre pois de senteur, « Earl Grey » :

Les graines des pois viennent de la pépinière anglaise de Sarah Raven, les plants sont très forts).

Au pied des cyclanthères, un petit arbuste, le Parahebe « Avalanche » (merci Maryline) :

Sa fleur est mignonne :

Sur la barrière du potager, on est à l’acmé de la floraison, même si les roses ne sont plus gracieuses :

Une petite série d’hortensias :

Les pommes poussent bien :

Et comme la vie du jardin n’est pas un long fleuve tranquille, hélas, nous avons trouvé un bébé hérisson, qui trainait depuis 48 heures au moins sur la pelouse, et dans le potager, en pleine journée, ce qui absolument anormal.
Catherine, de l’excellent blog Aquarelle, jardin et autres rêves, donne des conseils au sujet des hérissons trouvés. J’ai suivi les liens qu’elle donne.

J’ai réchauffé ce petit être, qui pesait 145 grammes (il a à peu près 3 semaines), essayé de le nourrir (sans succès) sur les conseils de notre vétérinaire, et emmené ensuite au centre Volée de Piafs de Laguidic dans le Morbihan.

Il a été bien accueilli, et la bénévole m’a dit qu’en ce moment, environ 50 petites bêtes sauvages arrivaient au centre (pas que des hérissons). Ils font un travail incroyable, je les admire beaucoup.

J’espère que ce petit orphelin (trop mignon) survivra et que, plus tard, il retrouvera les fourrés d’un jardin.

A bientôt !

Bonne fin de semaine, au jardin, bien entendu !